Dossiers du Kenya
Kericho, le Pays du Thé Kericho, le Pays du Thé

A l'arrivée des premiers européens, la forêt tropicale recouvrait pratiquement toute la région de Kericho, près du Lac Victoria. Depuis, les britanniques y ont laissé leur empreinte. Autour de Kericho, d'immenses plantations de thé tapissent les collines d'une peluche vert-de-gris qui s'étend à perte de vue, faisant de la ville de Kericho l'un des plus importants centres de production. À 40 km de l'équateur, à 2 200 m d'altitude, sur plus de 8 000 hectares, les parcelles ondulent, denses et entrecoupées de sentiers de terre rouge...

Kericho, le pays du thé

Capitale kenyane du thé, la ville de Kericho porte le nom du premier cultivateur de thé, l'Anglais John Kerich. Hérités de l'ancienne colonie britannique, les grands domaines sont plantés de théiers importés d'Inde en 1925 par la compagnie Brooke Bond qui ont vu leur nombre plus que doubler depuis l'indépendance du pays en 1963. Les Kipsigis (ethnie du peuple Kalenjins) et les Kisii vivent et travaillent parmi les théiers « camellia sinesis ». Ces plantations profitant de l'excellente situation géographique (latitude et altitude) et des conditions climatiques favorables (pluies fréquentes), poussent rapidement, nécessitant une cueillette tous les 15 jours et cela tout au long de l'année. Le feuillage satiné du théier, d'apparence soyeuse, s'avère au toucher coriace et piquant. A tel point que les femmes qui le récoltent doivent protéger leurs jambes nues d'un tablier de toile cirée. Ce qui ne les empêche pas de s'y écorcher les doigts. La préparation des feuilles est ensuite assez simple. Après séchage au soleil durant une vingtaine d'heures, elles sont roulées et hachées. A ce stade, un séchage à l'air chaud durant une quarantaine de minutes donne du thé "vert". Pour obtenir du thé "noir", les feuilles roulées et hachées sont mises à fermenter dans des silos chauffés durant quelques heures.

Kericho, le pays du thé

Pour visiter les exploitations, il faut montrer patte blanche. Nous sommes ici en effet sur les terres d'Unilever, l'un des plus grands groupes agroalimentaires de la planète et dont les thés Lipton sont - depuis 1972 - le produit-phare. Sur les 11 000 hectares répartis au Kenya et en Tanzanie, la multinationale produit annuellement 46 000 des 170 000 tonnes de thé (essentiellement noir et présenté sous son label Yellow) inondant le marché international de ses 85 milliards de sachets ! La population locale, pourtant grande consommatrice, n'y touche pourtant pas car le prix du thé produit par Unilever est inabordable pour elle. Toutefois les 11 000 ouvriers (auxquels s'ajoutent 5 000 saisonniers) travaillant sur les plantations de Kericho bénéficient d'une qualité de vie plutôt rare en Afrique. Ceux-ci s'inscrivent en effet dans un projet « pilote » de développement durable et éthique. Outre une gestion raisonnée des forêts d'eucalyptus fournissant le bois de chauffe nécessaire au processus de fermentation du thé, Unilever Tea East Africa (UETA) a réussi à maintenir et même développer une gestion à visage humain.

Kericho, le pays du thé

Elle inclut l'utilisation minimale de pesticides, le recours à des énergies renouvelables (vent et eau), la protection des forêts naturelles (100 000 arbres indigènes replantés), la création d'une réserve pour les singes et, surtout, la gestion minutieuse de l'eau tant pour les cultures que pour les hommes. La société finance (ou cofinance) en outre pour tous les ouvriers, des hôpitaux (traitant notamment le sida et la malaria), des écoles primaires, des équipements sociaux et même, des postes de police. Unilever est enfin membre de l'ETP, un organisme international garantissant une gestion éthique des plantations de thé à travers le monde (tant au niveau de l'âge que des salaires minimums des ouvriers). Un fameux défi puisque toute une région dépend directement ou indirectement de l'exploitation du thé. Le souci d'accroître la rentabilité dans ce secteur comme ailleurs a déjà menacé beaucoup d'emplois. Pas encore touché par les restructurations, Kericho fait un peu figure de « dernier carré d'irréductibles ». Mais le doute plane quant à la durée de cette façon d'exploiter un des produits nobles de notre planète...

Commentaires
bregovic 07 Aout 2013

Pour voir Unilever et Rainforest Alliance oeuvrant pour le développement durable et éthique, ça commence à la 56ème minutes.

http://www.arte.tv/guide/fr/047127-000/le-business-du-commerce-equitable?autoplay=1

bregovic 07 Aout 2013

http://www.arte.tv/guide/fr/047127-000/le-business-du-commerce-equitable?autoplay=1

Reportage édifiant sur le développement durable et ethique, "une gestion à visage humain" comme écrit plus haut...humain vous dites?

Ajouter un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée sur le site

Zoom sur ...

Deprecated: mysql_connect(): The mysql extension is deprecated and will be removed in the future: use mysqli or PDO instead in /homepages/7/d162276437/htdocs/includes/global.inc.php on line 8
Phacochère Chacal à chabraque Hippopotame Varan des savanes Tortue léopard Topi Outarde kori Gnou Bleu Buffle d'Afrique Girafe Python Natalensis Babouin Grand Koudou Impala Alcyon pie Zèbre de Grévy Varan du Nil Agame des colons Hirola Vautour africain Vervet Vautour de Rüppell Hyène tachetée Gazelle de Grant Dik-dik de Kirk Guépard Vautour oricou Jabiru d’Afrique Flamant rose Aigle pêcheur d'Afrique Marabout d'Afrique Lycaon Autruche d'Afrique Crocodile du Nil Rhinocéros Gazelle de Thomson Calao à bec jaune Héron Goliath Mamba vert Ombrette africaine Aigle ravisseur Eléphant de savane Grue couronnée Zèbre des plaines Rollier à longs brins Choucador superbe Messager sagittaire Lion Léopard Serval
...
Météo
Design by ...
Le Monde Du Kenya